L’économie des bisounours.

Je viens de découvrir grâce à Notes d’un économiste, un autre blog merveilleux : Ma femme est une économiste (et moi aussi). Avant de vous enfuir comme des lapins, prenez le temps de lire leur dernier billet, intitulé “Le retour de l’économie-bisounours“, et qui a pour objet le traitement de la crise économique par les médias, et plus précisément de sa réduction à un dialectique gentils vs. méchants simplifiée à la hache. Savoureux.

Je ne peux résister à l’envie de citer, pour vous inciter à perdre ces cinq minutes, l’argument central du billet :

Un dernier commentaire général : toutes ces propositions à peine caricaturées relèvent de la même logique du moindre effort qui consiste à analyser toute situation sociale comme relevant de choix individuels, donc de la liberté individuelle, donc d’une responsabilité morale. Or toutes les sciences sociales y compris l’économie sont intéressantes justement parce qu’elles montrent que les individus certes font des choix mais largement contraints par leur environnement et les autres agents, et que même une société où tout le monde est gentil peut donc fonctionner très mal.

On pourrait discuter du lien entre liberté individuelle et responsabilité morale (voir L’existentialisme est un humanisme), mais l’essentiel est là.

Advertisements
This entry was posted in À la petite semaine. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s